zondag, juli 26, 2009

donderdag, juli 23, 2009



à Alfred Tattet

Adversus Absynthium (A l'encontre de l'absinthe)

Absynthe, monstre né jadis pour notre perte
De l’Afrique à Paris traînant ta robe verte
Comment donc as-tu pu sous le soleil oser
Souiller ses lèvres d’or de ton âcre baiser
Vile prostituée en tes temples assise
Tu te vends à l’esprit ainsi qu'à la sottise
Et ne fais nul souci aux adieux, laurier
Qui couvre le Poëte ainsi que le guerrier
Hélas ! n’avait-il pas assez de l’amertume
A laquelle en vivant tout grand cœur s’accoutume
Aussi que l’eau du ciel ......
Qu’il ne reste plus rien de ton amer poison
O monstre sois maudit, je te jette à la face
Les imprécations de Tibulle et d’Horace
Et contre toi j’évoque en mon sein irrité
La langue que parlait la belle antiquité.

Fontainebleau, août 1847
Antoni Deschamps

****(et aussi)****

Five o’clock Absinthe1
By Raoul Ponchon
Quand le couchant étend son voile d'hyacinthe
Sur Rastaquapolis2.
C'est l'heure assurément de prendre son absinthe,
Qu'en penses-tu, mon fils?
C'est en été surtout, quand la soif vous terrasse
– Tels cent Dreyfous3 bavards –
Qu'il convient de chercher une fraîche terrasse4
Le long des boulevards.
Où l'on sait rencontrer l'absinthe la meilleure.
Celle du fils Pernod;
Fi des autres ! De même un dièze est un leurre
Quand il est de Gounod.
Je dis le long des boulevards, et non à Rome,
Ni chez les Bonivards5;
Carpour être absinthier on n'en est pas moins homme.
Et sur nos boulevards
On voit passer les plus suaves créatures
Aux plus gentes façons :
Tout en buvant, cela réveille vos natures,
C'est exquis... mais passons.
Vous avez votre absinthe, il s'agit de la faire;
Ça n'est pas, croyez-moi,
Comme pense un vain peuple, une petite affaire,
Banale et sans émoi.
Il ne faut pas avoir ailleurs l'âme occupée,
Pour le moment du moins.
L'absinthe veut d'abord de la belle eau frappée,
Les dieux m'en soient témoins !
D'eau tiède, il n'en faut pas : Jupiter la condamne.
Toi-même, qu'en dis-tu ?
Autant vaudrait, ma foi, boire du pissat d'âne
Ou du bouillon pointu6
Et n'allez pas comme un qui serait du Hanovre7,
Surtout me l'effrayer,
Avec votre carafe, elle croirait, la povre8 !
Que l'on la veut noyer.
Déridez-la toujours d'une première goutte...
Là... là... tout doucement.
Vous la verrez alors palpiter, vibrer toute,
Sourire ingénûment;
When sundown spreads its hyacinth veil
Over Rastaquapolis
It’s surely time for an absinthe
Don’t you think, my son?
It’s especially in summer, when thirst wears you down
- Like a hundred Dreyfus gossips -
That it’s fitting to seek a fresh terrace
Along the boulevards
Where one finds the best absinthe
That of the sons of Pernod
Forget the rest! They’re like a sharp by Gounod:
mere illusion.
I say along the boulevards, and not in Rome,
Nor at the home of the Bonivards;
To be an absinthier is not to be any less a man.
And on our boulevards
One sees pass the sweetest creatures
With the gentlest manners:
You’re drinking, they rouse your nature,
They are exquisite... but let it pass.
You have your absinthe, it’s all about preparation
This is not, believe me,
As the cynics think, a small matter
Banal and without emotion
The heart should not be elsewhere
For the moment at least.
Absinthe wants first, beautiful ice water
The gods are my witness!
Tepid water, none of that: Jupiter condemns it.
Yourself, what say you?
Might as well, my faith, drink donkey piss
Or enema broth
And don’t come on like a German,
And scare her,
With your carafe; she would think, poor dear!
That you want to drown her.
Always rouse her from the first drop …
Like so ... and so ... very gently
Then behold her quiver, all vibrant
With an innocent smile;

zaterdag, juli 18, 2009

Street Sweeper Social Club:




Mercedes Sosa



Hasta Siempre

SPAIN: NOBODY HAS TO KNOW

Nobody has to know
Girl we've fallen so in love
It was just a year ago
And you've kept it to yourself

Nobody has to know
Nobody has to know

Nobody has to know
Girl our love has grown so strong
Close the shades unplug the phone
How can our love be so wrong

Nobody has to know
Nobody has to know

Nobody has to know
Girl we've fallen so in love
It was just a year ago
And you've kept it to yourself

Nobody has to know
Nobody has to know

vrijdag, juli 17, 2009

Time Will Break The World - The Silver Jews

The sun and the shutters and the sun shattered hair
The butler hesitates at the top of the stairs
A kitten from Great Britain sleeps behind the drapes
An old silver bowl filled with apples and grapes

It's so very cold in the mansion after sunset
The snow is blowing through the baseboard outlets
And I have no idea what drives you, mister
Tanning beds explode with rich women inside

All my poor, hungry children
All my poor, hungry children
All my poor, hungry children
Time will break the world
Time will break the world
Time will break the world

The snow falls down so beautiful and stupid
For the black silhoutte of Abraham Lincoln trees
The sky's low and grey like a Japanese table
And my horse's legs look like four brown shotguns

The icicles are dripping like the whole house is weeping
On an evil little car with gull-wing doors
And I have no idea what drives you, mister
But I've killed you in my mind so many times before

All my poor, hungry children
All my poor, hungry children
All my poor, hungry children
Time will break the world
Time will break the world
Time will break the world

vrijdag, juli 10, 2009

caloric restriction as the new longevity scheme

*****

re: Brasserie Wepler, place Clichy:

Du côté des écrivains, le spectacle mouvementé des passants, l'animation sensuelle qui règnent sur la place, fascinent. Dès 1928, Henry Miller en fait son repère préféré. « Je m'y suis assis à la terrasse et à l'intérieur, par tous les temps et à toutes les heures du jour et de la nuit. C'était pour moi un livre ouvert. Tous les visages des garçons, des gérants, des caissières, des putains, de la clientèle et même des dames de lavabos sont gravés dans ma mémoire comme les images d'un livre que j'aurais feuilletés tous les jours.» Jours tranquilles à Clichy.


******

And, recounting on Montmartre:

jusqu'on 17eme siecle, son utilisation pour construire les maisons a ete intensive, au point que le dicton en vogue etait Il y a plus de Montmartre dans Paris que de Paris dans Montmartre...

And sadly, no pictures to upload yet, but if it helps, my current location:


Agrandir le plan